🎁-10% sur votre première commande | code "AFRI10"
Les danses traditionnelles africaines

Culture, Histoire -

Les danses traditionnelles africaines : Un art ancestral

de lecture

La danse a joué un rôle différent et fonctionnel dans toutes les expressions humaines. Elle a contribué à façonner l'histoire de différentes cultures dans le monde entier. Par conséquent, il est facilement considéré comme un phénomène universel, au même titre que la parole ou le langage.

En tant qu’élément d’expression et de communication, la danse est aussi utilisée comme un symbole d’unité. Ce qui se traduit par une transmission de valeurs sociétale et comportementales.

Ce dernier, par ses actions quotidiennes et ses réactions à certains êtres surnaturels, aurait toujours eu le contrôle sur certains phénomènes naturels grâce à la manipulation de cet outil unique.

Les danses traditionnelles africaines font parties des plus anciennes danses existantes. Leur structure est unique, car le mouvement en eux est indissociable de la musique qui régit les mouvements.

ilovemyafrica

En Afrique, chaque danse s'accompagne généralement par une forme de musique, de la voix à l'orchestre de différents instruments de percussion. Cela explique peut-être, pourquoi les danseurs doivent également capturer de nombreux mouvements différents pour mieux exprimer leurs émotions.

Découvrez dans cet article les danses traditionnelles encore populaire en Afrique ainsi que leurs spécificités.

Caractéristique des danses traditionnelles africaines.

Caractéristique des danses traditionnelles africaines.

De nombreuses tribus africaines ont chacune développée leurs propres danses uniques. Le plus souvent, ces danses s’accompagnent de musique vocale et de percussions qui varient d'une tribu à une autre.

Les danses traditionnelles en Afrique naissent par des manifestations et réactions quotidiennes à l'égard de certains phénomènes et êtres surnaturels (dieux, déesses, divinités, ancêtres, etc.). En effet, les peuples étaient censés avoir le contrôle sur certains phénomènes naturels grâce à la manipulation la danse. Et sachant qu’ils pouvaient comprendre certains de ces phénomènes, ils ont pu en faire des rituels quotidiens. Cela explique peut-être pourquoi il est nécessaire pour les danseurs de capturer divers mouvements afin de mieux exprimer leurs émotions.  

L’une des particularités des danses africaines est qu’elles sont syncopées, sophistiquées et sensuelles. Les danseurs utilisent tout le corps, en mettant l'accent sur l'isolement complexe et les mouvements angulaires et asymétriques.

Le mélange entre chant et danse incarne les rythmes quotidiens des champs et des animaux, élevant les activités banales en chorégraphies sublimes.

Rythme des danses traditionnelles africaines

Rythme des danses traditionnelles africaines

Les danses africaines se concentrent généralement sur la terre. Les danseurs dirigent plusieurs fois leurs pas vers la terre en transmettant le rythme de leur danse, et en interprétant la percussion de la musique à travers leurs postures et gestes.

Ils créent aussi des motifs rythmiques dans l'espace environnant en se déplaçant à travers, plutôt qu'en fixant des positions spatiales autour du corps. De ce fait, les critères d'évaluation des compétences s'articulent sur le rythme et non sur l'espace.

Le rythme quant à lui est fourni au danseur par des musiciens allant de l'instrumental à la percussion. Mais aussi, par des chanteurs, ou par une combinaison de musique et de voix. Dans certaines cultures, ce sont les danseurs qui chantent ou jouent des instruments de musique lorsqu'ils se produisent.

Par ailleurs, dans certaines cultures, les motifs rythmiques se font par des jeux de jambes, dans d'autres par de fortes contractions d'épaule, un vibrato rapide ou des tremblements de fesses, ou des acrobaties.

Les formations de danse traditionnelles

Les formations de danse traditionnelles

Il existe quatre formes principales de danse africaine :

  • l'une d’entre elles est une danse utilisant un modèle formel orienté vers le sol ;
  • un autre groupe utilisant un modèle de plancher à écoulement libre ;
  • un groupe utilisant une formation à partir de laquelle des danseurs solos émergent pour montrer leurs compétences individuelles ;
  • et une performance d'un danseur solo, généralement interprété par un ritualiste, un herboriste.

La forme de danse la plus courante chez les Africains indigènes est la danse en équipe exécutée en cercle fermé. Dans cette formation, les danseurs font face au centre ou à une ligne suivant un cercle au milieu. Les danseurs eux-mêmes se déplacent souvent le long du cercle dans le sens antihoraire.

Par ailleurs, dans les sociétés égalitaires, le saut d'équipe indique la fraternité et la solidarité au sein des groupes d'âge, comme dans la télévision pour hommes, tandis que la télévision pour femmes montre leur relation avec des informations amplifiées à travers leur propre danse en cercle.

Dans les cultures avec de fortes traditions guerrières, les équipes de danse utilisent des formations linéaires droites communes. Le plus souvent, ces équipes sont animées par une discipline spatiale stricte est requise. Un peu comme dans la danse de guerre Shangani au Zimbabwe.

Ces formations linéaires sont également populaires auprès d'autres cultures, comme avec la danse des garçons Igbo de l'Est du Nigeria, où la formation de quelques rangées suggère des modèles de forage occidentaux.

Certaines cultures migratoires favorisent aussi la formation linéaire. C’est le cas des filles Fulani, qui forment une unité tricotée serrée avec leurs bras autour de la taille de l'autre puis exécutent des rythmes non-simples d'un côté à l'autre, de l'autre côté et des Maasaï, avec leurs hauteurs de modèle dansantes.

Classifications de danses traditionnelles africaines.

Dans les traditions africaines, les danses se répartissaient en trois catégories principales : cérémonielles, rituelles et griotiques.

Les danses cérémonielles

Les danses cérémonielles

Les danses de cérémonielles ont lieu lors d'événements tels que les mariages, les anniversaires, les cérémonies de passage. Elles peuvent aussi servir à acceuillir des visiteurs, célébrer une chasse réussie et d'autres événements partagés par l'ensemble du groupe.

Par exemple, dans la culture maasaï, les jeunes hommes de la tribu exécutent la danse du saut maasaï, pour les cérémonies de passage à la majorité. Ainsi, les jeunes hommes sautent à tour de rôle le plus haut au son de la musique pour montrer leur endurance et leur force.

Les danses rituelles

Les danses rituelles

Le spirituel imprègne tous les aspects de la vie traditionnelle africaine. Au Zimbabwe, le Mbira était une performance polyvalente, dansée par le peuple Shona pour invoquer les ancêtres, implorer les gardiens tribaux, tempérer les sécheresses et les inondations, honorer les anniversaires de la mort, rechercher des conseils dans les conflits tribaux et familiaux, et même installer un nouveau chef. La danse rituelle est un unificateur qui améliore la paix, la santé et la prospérité.

Danse griotique

Danse griotique

Un griot est un poète africain, un historien tribal et un conteur. Les danses griotiques quant à elles sont des danses de contes. Dans cette danse, les danseurs interprettent l'histoire orale d'un peuple par des mouvements tout en musique.

Par exemple, le Lamba, ancienne danse bantou, n'était dansé que par le djeli ou griot de la tribu. Aujourd'hui, les troupes de danses africaines exécutent les mouvements exubérants, autrefois exclusifs.

Quelques exemples de danses traditionnelles africaines

Les danses traditionnelles Zoulou

Danses Zulu

 Ingoma (isizingili)

Il s'agit d'une danse exécutée par des garçons et des filles sans batterie et accompagnée d'un chant. Les filles portent des jupes en laine et sont généralement torse-nu. Elles portent également des hochets fabriqués à partir de coques magnétiques autour de leurs chevilles pour accentuer leurs coups de pied.

L’Ingoma est l'un des héritages les plus purs de la tradition zouloue. Les garçons et les filles exécutent des danses pour les cérémonies de transition telles que les anniversaires et les mariages. Dans le passé, il se pratiquait à la fois avant la chasse et avant le combat. Pour les jeunes, il a établi la tradition de partage et de construction d'une communauté unie.

Indlamu

Cette danse traditionnelle s'associe principalement à la culture zouloue. Elle s'exécute avec des tambours et des vêtements complets et est issus des anciennes danses de guerre. Si cette danse de guerre n'est pas touchée par les occidentaux, c’est peut-être parce qu'elle est vue comme un point de rupture de l'identité zoulou.

L’Indlamu est une danse réalisée par des hommes de tous âges vêtus de peaux, des chapeaux, des ceintures de cérémonie, des hochets de cheville, des boucliers et des armes telles que des boutons et des lances.

Imvunulo

Cette danse exécutée par un seul participant est le défilé pour démontrer les costumes traditionnels des zoulous et des femmes. L’Imvunulo est aussi le costume traditionnel de cette danse, son rôle et sa position dans la société.

Le code vestimentaire est déterminé par l'âge, le rang et le sexe. Les jeunes ne se couvrent pas les cuisses, mais les adultes devraient le faire. Les hommes portent des amabeshu et les femmes des jupes en cuir et des tabliers de perles.

bomber wax femme

Les jupes en cuirs représentent le plus souvent un signe de grossesse ou une envie de tomber enceinte. De plus, elles portent des tabliers de perles, présentés le jour de son mariage par leurs pères.

Quant aux couleurs des tabliers, elles peuvent indiquer d'où vient le danseur. Et les ceintures de perles pour filles sont appelées "isigege" et ne doivent pas contenir de perles rouges, car elles sont réservées aux femmes mariées.

Danse traditionnelle Setapa du Botswana

SETAPA DU BOTSWANA

Le Setapa vient de la tribu Bangwaketse du Botswana. Les Bangwaketse sont l'une des huit principales tribus du Botswana et sont de l'ethnie Tswana. Leur village principal est Kanye, situé dans le district sud du Botswana.

Le nom Setapa, dérive de l'expression Setswana, en français ‘’allez’’. Il décrit le mouvement de tapotement des pieds pendant la danse. Bien qu'aujourd'hui la danse soit principalement exécutée en langue tswana, ce type de danse n'est disponible que pendant la saison des récoltes, letlhaful ; généralement en avril, avec des spectacles dans les champs ainsi que dans le village de kgotla - l'administration centrale et lieu de rencontre à Tswana.

Traditionnellement, dans les représentations de Setapa, les filles chantent et frappent des mains, tandis que les garçons tout en exprimant leur joie avec des sifflements.

Vous l'avez certainement compris, en Afrique, il existe plusieurs raisons de danser, ainsi que différents modes, formes, contenus et contextes dans lesquels les gens s'engagent à travers la danse. Cependant, la beauté de l'Afrique ne se limite pas à ses figures d'arts traditionnels.

Si vous souhaitez alimenter votre passion pour la culture africaine n'hésitez pas a consulter nos articles connexes : La Culture Africaine, tout savoir ; Dashiki : Origine et Signification


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Recevez nos articles dans votre boite email.