🎁-15% sur votre première commande | code "AFRI15"
Le Boubou Africain

Mode -

Le Boubou Africain : Un vêtement Traditionnel

de lecture

Hier, j'ai porté mon boubou avec une broderie dorée à l'occasion d'une fête africaine spéciale.  Dire que je ressemblais à un roi africain est tout simplement un euphémisme. Alors, pour commencer, vous pourriez me demander ce qu'est un boubou ?
Dans cet article nous allons parlé du très majesteux vêtement Africain qu'est le Boubou. De son Origine à sa signification culturelle, ce vêtement n'aura plus de secret pour vous.

boutique africaine pas cher

Qu’est-ce qu'un Boubou Africain ?

Le boubou est une robe Africaine classique, portée par les hommes et les femmes dans toute l'Afrique de l'Ouest, du Nord et dans les communautés de la diaspora ouest-africaines d'Europe et des États-Unis. Le mot "boubou" vient de mbubbe en wolof. (Le wolof est la principale langue africaine du Sénégal.)

Le boubou se compose généralement de trois pièces au maximum : une chemise à manches longues ( ou à manches courtes), un pantalon à cravate qui se rétrécit aux chevilles et une robe sans manches large et débordante à coutures ouvertes portée par-dessus ces deux pièces.

Les trois pièces du boubou sont généralement de la même couleur et étaient autrefois en soie, mais elles sont aujourd'hui en coton ou parfois en tissu synthétique ressemblant à de la soie. L'ensemble sera incomplet sans un chapeau ou un chéchia de quelque couleur que ce soit.

qu'est-ce que le boubou

Origine du Boubou Africain

La tradition du boubou est ancienne et remonte au 8e siècle. Elle trouve son origine dans les vêtements portés par les Tukulor (Toucouleur), les Mandé et les Songhaïs islamisés des grands empires Takrur et Ghana et des empires malien et Songhaï du XIIIe siècle.
En Afrique de l'Ouest, les nobles des différents peuples portaient déjà un vêtement plus ou moins semblable au boubou actuel. Les différents motifs de la broderie avaient déjà des significations précises qui variaient selon les groupes ethniques et les régions. Le reste de la population, en majorité des artisans et des agriculteurs, portait des vêtements semblables à des tuniques pour le haut du corps et une cape ou un pantalon bouffant pour le bas du corps.

Autrefois, en Afrique de l'Ouest et en Afrique centrale, seuls les peuples islamisés portaient le boubou : Peuls, Toucouleurs, etc. ... les autres groupes ethniques avaient tous leurs propres vêtements traditionnels de genre plus ou moins similaire. Avec le commerce entre les peuples, l'industrie de la mode, de nombreux stylistes africains (comme Alphadi) se sont spécialisés dans le boubou et celui-ci a maintenant acquis une visibilité internationale.

La vidéo ci-dessous est courte et simple, et traite du boubou. Il s'agit d'un petit documentaire d'Arte. Profitez-en !



Couture du boubou: Tissus, broderies et teintures

Cousu à partir d'une seule pièce de tissu, le boubou a généralement une largeur de 150 cm et une longueur variable. Le style le plus élégant, le grand boubou, utilise généralement un morceau de tissu de 300 cm de long et atteint les chevilles.

Traditionnellement, le boubou est fabriqué sur mesure dans les ateliers des tailleurs. Le processus de fabrication est le suivant : Il faut plier le tissu en deux, former une ouverture dans le cou et coudre les côtés à mi-hauteur pour obtenir des manches fluides.

Pour les femmes, le cou est large et arrondi tandis que pour les hommes, il forme un long V, généralement avec une grande poche à cinq côtés coupant la pointe du "V".

Les hommes portent le boubou classique avec une chemise et un pantalon assorti en dessous. Les femmes le portent avec une cape ou un pagne assorti. Nous reviendrons dans cet article sur les différentes manières de porter le boubou selon les régions du monde.

Les tailleurs spécialisés dans la fabrication de boubous investissent leurs compétences dans l'art de la broderie.

Le tissu pour ces boubous brodés est le coton damassé, appelé Bazin dans les pays francophones d'Afrique de l'Ouest. Bien que le tissu puisse être acheté en couleurs, les connaisseurs préfèrent acheter du tissu blanc et le faire teindre à la main dans des teintes riches par des femmes teinturières travaillant chez elles.

Disponible sur les étals des marchés en plusieurs qualités, le damas le plus cher vient d'Europe, tandis que les imitations moins chères viennent d'Asie ou du Nigeria.

Une fois le tissu teint, le tailleur crée le motif de broderie avec une petite machine à coudre, soit électrique, soit à pédale.

couture du boubou


Traditionnellement, la broderie était blanche ou beige, mais dans les années 1970, les tailleurs de Dakar, au Sénégal, ont introduit la broderie colorée.

Au début des années 2000, ils rivalisent d'imagination pour créer des motifs complexes et multicolores aux teintes vives pour les femmes.

Les hommes continuent à porter des broderies blanches ou beiges, ou bien utilisent des fils de la même couleur que le damas, souvent teints en violet profond ou en vert.

L'exception pour les hommes c'est un boubou blanc volumineux avec une broderie dorée. C'est le costume spécial d'El Hajj, le musulman qui a fait le pèlerinage à la Mecque. Il évoque donc la richesse, le prestige et la piété. Comme pour le tissu, les fils de la broderie de prestige sont en soie et viennent de France. Les imitations de polyester sont importées d'Asie.

Parmi les fabrications non brodées, on trouve des résilles de bassin teintes en motifs frappants. Pour les teintures résistantes aux points de couture ou aux cravates, les motifs peuvent être assez grands pour utiliser un seul motif pour tout le boubou, ou assez petits pour exiger des milliers de petits points dans un motif fin et répété.

Il faut trois mois à un groupe de femmes pour coudre les points avant la teinture et trois mois pour les découper au rasoir par la suite.

Les techniques comprennent également la résistance à l'amidon ou à la cire.

Une technique, appelée indigo palmann, utilise l'indigo de manière à teindre le tissu d'une teinte riche et profonde de bronze. Bien que de couleur unie, le boubou palmann indigo est si resplendissant de simplicité qu'il renonce à la broderie.

Pour les occasions moins élégantes, les femmes ont des boubous faits d'un tissu de wax hollandaix ou d'une imitation tissu appelée légos.

Boubou et Caftan

Les différents noms du Boubou

Le mot boubou que l’on connait vient du wolof. Cette origine linguistique pourrait nous laisser penser que le boubou a toujours été sénégalais. En réalité, ce vêtement est connu sous de multiples noms en fonction des différents groupes ethniques et langues qui l'ont adopté.

collier africain pour boubou


Le Caftan

Les robes de style caftan sont portées dans de nombreuses régions du monde où l'Islam s'est répandu, notamment en Afrique du Nord et de l'Ouest. Lorsqu'il est porté avec un turban, on identifie l'individu comme étant un Arabe, un Berbère, un Touareg du désert ou un Musulman. En raison de ses tissus coûteux et de ses broderies élaborées, le Caftan était autrefois un symbole de richesse et de statut élevé. Ceux qui étaient ornés de calligraphie arabe étaient censés attirer la bonne fortune (baraka).

acheter un caftan


Ainsi, au début du XIXe siècle, ce vêtement a été adopté par de nombreux non-musulmans d'Afrique subsaharienne, en particulier par des rois, des chefs et des élites, qui l'ont non seulement modifié pour refléter l'esthétique vestimentaire locale, mais ont également remplacé le turban par des coiffes indigènes. Plus la robe est grande et plus sa broderie est élaborée, plus le prestige et l'autorité qui lui sont associés sont élevés.

AGBADA

Dans les pays anglophones d'Afrique de l'Ouest, le boubou a une signification quelque peu différente. L'agbada est un vêtement masculin en quatre parties que l'on trouve chez les Yorubas du sud-ouest du Nigeria et de la République du Bénin, en Afrique de l'Ouest. Elle se compose d'une grande robe extérieure (awosoke), d'un sous-vêtement (awotele), d'un pantalon long (sokoto) et d'un chapeau (fìla).

La robe extérieure - dont l'ensemble de la tenue tire son nom d'agbada, qui signifie "tenue volumineuse" - est un grand vêtement ample, qui s'étend jusqu'aux chevilles. C’est en fait celle que l’on qualifie aujourd’hui en français de boubou. Elle se compose de trois parties : un centre rectangulaire, flanqué de larges manches. La pièce centrale - généralement recouverte sur le devant et le dos d'une broderie élaborée - comporte un trou dans le cou (orun) et une grande poche (apo) sur le côté gauche. La densité et l'étendue de la broderie varient considérablement, selon les moyens financiers du client.

Il existe deux types de sous-vêtements pour porter son agbada :  le buba, une chemise ample à longueur de hanche et le dansiki, une blouse ample à col rond et sans manches. Le buba est une chemise à col rond et à manches longues aux coudes, dont les manches sont faites de morceaux de tissu séparés et cousus au corps. Il est porté sous le long boubou, qui dans ces pays est appelé l'Agbada.

Les pantalons Yorubas, qui ont tous un cordon de serrage à la taille, sont de formes et de longueurs différentes. Les deux pantalons les plus populaires pour l'agbada sont le sooro, un pantalon ajusté à la cheville et à fond étroit, et le kembe, un pantalon ample à fond large qui descend légèrement sous le genou, mais pas jusqu'à la cheville.

Différents types de chapeaux peuvent être portés pour compléter l'agbada ; le plus populaire, le gobi, est de forme cylindrique, mesurant entre neuf et dix pouces de long. Lorsqu'il est porté, il peut être comprimé et façonné vers l'avant, sur le côté ou vers l'arrière.

Agbadas Homme

Le Boubou : Changements historiques et géographiques

Toutes ces différentes coutumes et appellations autour de ce vêtement suggère les changements historiques de style que le boubou a connus. Essayons de retracer les principales évolutions de ce dernier.

Le consensus général parmi les spécialistes est que le vêtement est originaire du Moyen-Orient et a été introduit en Afrique par les marchands berbères et arabes du Maghreb et les Touaregs du désert au cours du commerce transsaharien qui a commencé à l'ère préchrétienne et a duré jusqu'à la fin du XIXe siècle. Bien que la date exacte de son introduction en Afrique de l'Ouest soit incertaine, les rapports des géographes arabes en visite indiquent que ce vêtement était très populaire dans la région à partir du XIXe siècle, plus particulièrement dans les anciens royaumes du Ghana, du Mali, des Songhays, des Bornu et des Kanem, ainsi que dans les États haoussa du nord du Nigeria.

Au XIXe siècle, le boubou sénégalais, fait d'un tissu à rayures volumineux et tissé à la main, était souvent aussi court que le buba nigérian moderne, bien que sans les manches (voir les croquis de P. David Boilat dans Boilat 1853). Au cours du XIXe siècle, l'utilisation croissante de tissus importés et l'expansion de l'Islam se sont combinées pour mettre à la mode des hommes musulmans le grand boubou, plus long et plus volumineux, qui ressemblait à un caftan arabe.

Au début du XXe siècle, alors que les hommes chrétiens des villes commençaient à porter des costumes et que les hommes des classes moyennes urbaines devaient en porter pour le travail, les hommes musulmans ont adopté le grand boubou pour les loisirs et pour les occasions cérémonielles ou religieuses. Les femmes paysannes et ouvrières portaient un grand boubou en tissu uni, importé et tissé en usine. Mais les femmes musulmanes urbaines plus aisées portaient un boubou à la hanche qui mettait en valeur leurs pagnes de riches tissus à rayures tissés à la main ou de fines étoffes françaises importées. Les jeunes femmes chrétiennes adoptent une robe ample à taille haute, appelée boubou à la française (en wolof ndoket).

Boubous Femmes


L'élégant grand boubou
pour femmes n'est devenu à la mode qu'après la Seconde Guerre mondiale. À la fin du XXe siècle, les jeunes femmes adoptaient parfois un boubou à la hauteur des hanches ou des genoux comme alternative à la mode et pour des vêtements plus décontractés. Le boubou à la française revient également comme un article de haute couture, nouvellement nommé le mame boye (Wolof pour "grand-mère chérie").

Depuis le début du XXe siècle, de nouveaux matériaux tels que le brocart, le damas et le velours ont également commencé à être utilisé. Le dessin traditionnel, ainsi que la broderie, ont toujours été en cours de modernisation grâce au développement des moyens techniques.

Significations culturelles du Boubou

Pièce maîtresse de l'habillement classique au Sénégal et dans les pays voisins, le boubou occupe la position symbolique du vêtement le plus basique de la culture africaine, comparable à cet égard au blue-jean dans la culture américaine. Comme le blue-jean, le grand boubou se voit attribuer une multiplicité d'usages et de significations différentes, voire contradictoires : Il peut convenir à la sexualité ou à la modestie, il peut atteindre le sommet de l'élégance ou servir un but utilitaire.

Un boubou brodé et amidonné, tombant d'une épaule et parfumé d'encens, peut être porté avec des talons hauts, des bijoux en or, un foulard amidonné assorti, et un maquillage dramatique. C'est la tenue que les jeunes femmes portent pour les mariages, les cérémonies de baptême des bébés et les jours de fête musulmane. C'est aussi la tenue de la Dirriankhe, une femme qui répond à l'idéal sénégalais de beauté séduisante. Elle est grande, sensuelle, et transmet le mystique de l'indépendance et de la richesse. Elle maîtrise l'art de porter le boubou. Mais le boubou est aussi la tenue obligatoire des respectables matrones musulmanes, considérées comme trop vieilles et trop modestes pour porter les pantalons moulants et les jupes à jambes dégagées que portent les jeunes femmes minces. Pour les hommes musulmans, un boubou damassé brodé peut être le summum de l'élégance et du prestige, mais c'est aussi la robe requise pour prier à la mosquée.

Boubou Couples


Dans certaines régions d'Afrique de l'Ouest, la pratique consistant à superposer les robes pour exprimer le principe esthétique de la "grandeur" et à donner des "robes d'honneur" est partagée avec la tradition ottomane. Plus la robe est grande et plus sa broderie est élaborée, plus le prestige et l'autorité qui lui sont associés sont élevés.

Chez les Yoruba, Il existe deux grands types d'agbada, à savoir l'agbada iwole (occasionnel) et l'agbada amurode (cérémonial). Communément appelée Sulia ou Sapara, l'agbada occasionnelle est plus petite, moins volumineuse, et souvent faite de coton léger et uni. L'agbada cérémoniale, en revanche, est plus grande, plus ornée et souvent fabriquée dans des matériaux plus lourds et plus chers.

Un tissu de qualité avec une broderie élaborée est censé améliorer la visibilité sociale, en transmettant entre autres le goût, le statut et le rang de la personne qui le porte. Mais pour les Yoruba, il ne suffit pas de porter un agbada coûteux - le corps doit la mettre en valeur. Les Yoruba accordent autant d'importance à la qualité du tissu qu'à la coupe de la robe et cela résonne dans le dicton populaire « Gele o dun, bii ka mo o we, ka mo o we, ko da bi ko yeni » (que l’on pourrait traduire par « Il ne suffit pas de mettre un couvre-chef, il n'est apprécié que lorsqu'il est bien ajusté »).

collier africain pour boubou

 

Merci d'avoir lu notre article, n'hésitez pas à nous dire ce que vous en avez pensé dans les commentaires !


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Recevez nos articles dans votre boite email.